mercredi 30 mai 2018

Des km à pieds, ça use les souliers!


Amalhia fait petite

Depuis que nous sommes en Gironde, nous sortons beaucoup en extérieur sur la même piste derrière la maison. Néli montée, Amalhia en dextre. Notre trio est maintenant bien rôdé, et les juments ont retrouvé une bonne condition physique. Quand les champs ne sont pas détrempés, on travaille dans le pré-carrière ou bien je vais (rarement il faut le dire) jusqu'au club avec Néli.

Les juments usent un peu trop leurs petons, il est temps de trouver soulier à user!


Amalhia fait grande!

jeudi 19 avril 2018

4 mois ont passé

Il y a eu la pluie, et puis la pluie, et puis la pluie. Et du coup, un peu de boue, beaucoup de boue, trop de boue. Et puis le soleil est enfin arrivé! Hélène était là, les juments dans le jardin, et on a fait quelques photos...

Néli fait la sieste
ça gratte

câlin

de tout son long

ronron

Pff, quelle feignasse la vieille!


dimanche 14 janvier 2018

Un Noël de transition

Arrivée depuis le fond du jardin
On est où?


On fait le tour du pré

Sous les chênes


Enfin libre
Enfin, on s'occupe de moi!



Même que je veux bien faire la révérence


Observateur

Bisoux



Les plus belles !

ça broute tranquille!

lundi 8 janvier 2018

Enfin chez soi

Après 3 semaines mouvementées à déménager, faire des clôtures, refaire des clôtures, commander chez Gallagher, puis chez la sanglière, passer à padd, et au gamm vert, planter encore des piquets, tout ça sous la pluie qui ne s'arrête pas... c'est presque bon. Les juments sont à la maison, dans une solution durable pour au moins quelques semaines!
Voir mes chevaux depuis la terrasse, mon rêve de gosse
Et moi je repars bosser une semaine sur Lyon...

lundi 18 septembre 2017

En extérieur

Après une première sortie solo écourtée car Amalhia était très inquiète, nous sommes re sorties plusieurs fois en extérieur avec Néli, et tout c'est très bien passé. Après quelques sorties en main, nous avons même fait notre première sortie à cheval!

Et puis avec le retour des soirées courtes, j'ai débuté un petit travail sur l'indépendance. L'idée, c'est de s'éloigner d'abord très peu du pré, de la laisser se rassurer, avant de lui demander de s'éloigner un peu plus. La clé, c'est le temps. Attendre, attendre encore, jusqu'à ce qu'elle soit suffisamment décontractée pour brouter calmement. Et si elle ne se calme pas, c'est que je suis allée trop loin.
J'ai été scotchée par la rapidité de ses progrès, après une première sortie très timide (on n'a pas du s'éloigner de plus de 10 m du pré!).
Au bout de 3 jours nous faisions une boucle de 10 minutes dans le calme et la décontraction. Brave bête!

vendredi 23 juin 2017

Reprise

Après 4 semaines de pause pour cause de lumbago + sciatique, me revoilà en selle!

Je reprends sur Amalhia qui a justement besoin de toutes petites séances à cheval.
  • Le montoir : check
  • La réponse aux jambes pour partir au pas : check
  • Marcher au pas : c'est en cours
Deux plots éloignés, quelques répétitions en main pour aller d'un plot à l'autre, quelques répétitions à cheval, et c'est dans la poche!

jeudi 25 mai 2017

À cheval

Ça fait quelques temps que je me dis qu'Amalhia semble prête pour le montoir. J'ai voulu mettre les choses dans l'ordre et introduire d'abord la longe et puis, hier, je suis montée. Amalhia a été sage comme une image. J'ai senti qu'elle était un peu fébrile de ces nouvelles sensations, alors je ne suis pas restée longtemps en haut.


La vidéo de cette première séance de travail au montoir : https://youtu.be/aN0MNCVG1Ls
J'ai aussi filmé notre dernière séance de longe et de travail en dextre.

lundi 1 mai 2017

La suite...

Presque 4 mois ont passés

Cela fait presque 4 mois qu'Amalhia est arrivée et c'est maintenant une gentille jument bien posée qui attaque la longe et les sorties en extérieur en main. Elle qui semblait si craintive au départ est aujourd'hui presque plus courageuse que Néli en extérieur. Elle garde évidemment beaucoup de sang et une souplesse surprenante à son âge (elle se mordille le paturon du postérieur quand ça la gratte, et elle se gratte sous l'auge avec le postérieur!)

Quelques photos prises par Maud qui est passée braver la tempête :
Les cheveux dans le vent

Tu as un drôle de truc dans les mains

Miam slurp en prévision

Côté vidéos 

Samedi j'ai profité du beau temps pour faire quelques vidéos de la miss au travail sur les basiques liés à l'immobilité :
  • Mettre le licol : c'était déjà acquis quand elle est arrivée :)
  •  Pansage : elle apprécie les grattouilles, surtout sur les nombreuses piqures de tiques. Depuis la dernière série de vidéos Amalhia a le licol au pansage et est "attachée" avec la longe posée autour d'un piquet. Aucune difficulté avec l'attache, merci le clicker. 
  • Les cheveux : démélant en spray dans la crinière et la queue, brosse à crins, tout va bien, mais je n'ai pas eu beaucoup de mérite, ça ne l'a pas beaucoup inquiétée
  • Les pieds : ça, c'était le défi avec de nombreux retours en arrière dès que je me mettais la pression. J'ai pu faire un parage mais elle n'est pas encore totalement à l'aise avec les postérieurs. 
  • La couverture : elle nous a fait un épisode de piro (un sacré mauvais moment pour toutes les 2), donc avec le retour de l'hiver en avril, on a mis la couverture quelques jours)
  • Et pour finir, la selle. En liberté car c'est encore un peu frais et je veux qu'elle ne se sente pas coincée si quelque chose l'inquiète.


dimanche 12 mars 2017

Deux mois plus tard

Je n'ai pas eu autant de temps pour travailler Amalhia que je ne l'aurais souhaité, mais elle progresse gentiment. Ce qui fait le plus plaisir, c'est qu'aujourd'hui, elle ne craint plus du tout le contact et on passe de longs moments à grattouiller les piqûres de tiques... ! 

Hier, petite série de vidéos pour faire le point (à retrouver sur Youtube) :
 
Désensibilisation

Travail au licol

Prendre les pieds

Cible

samedi 18 février 2017

Le tapis

Aujourd'hui, on a travaillé le fait de mettre le pied sur un tapis en caoutchouc. La miss s'est bien amusée. Pour moi, l'objectif c'était avant tout de travailler un exercice qui concerne ses pieds mais qui ne soit pas donner les pieds. Accessoirement, c'est un exo sympa pour préparer le van.

Les vidéos de la séance sont (sous peu) sur notre chaîne YT .

dimanche 5 février 2017

Doucement mais surement...



Amalhia continue de découvrir le travail. Après une période de lune de miel, je dois commencer à griller quelques étapes et elle à chercher les limites. Alors on s'est offert chacune quelques "time out", mais comme on a toutes les deux bon fond, on se rabiboche vite et on progresse. 

Chaque cheval, chaque séance m'en apprend un peu plus. Cette semaine je révise deux principes simples du travail avec les chevaux : 
  1. Il ne faut pas donner trop d'importance à un exercice, sinon on se crispe et ça bloque, même en R+
  2. Il faut toujours avoir en tête un plan de séance
J'ai repris les bons vieux petits post-it plan de séance et forcément... ça va mieux :-) 

Pour suivre nos aventures, je vous donne rendez-vous sur la playlist Amalhia de notre chaîne Youtube. J'ai l'impression que le blog rame quand il y a trop de vidéos dans les messages..  

vendredi 3 février 2017

Têtue comme une mûle

Après plusieurs mois (années?) sans un coup de brosse, ça donne ça :



Après quelques séances de clicker pour désensibiliser, suivi de quelques longues heures de démêlage (d'abord au ciseau, puis au cure-pied, sous un flux abondant de démêlant et avec de réguliers passages de brosse à crinière), ça donne ça :




dimanche 22 janvier 2017

Opération vermifuge

Suite des aventures de la miss Amalhia : opération vermifuge.

Elle a déjà été vermifugée chez son naisseur donc ce n'est pas totalement nouveau pour elle. Par contre, donner sa petite tête en liberté, ça demande un peu plus de travail!

Première étape : la seringue dans la bouche

Deuxième étape : on vermifuge!

 


samedi 21 janvier 2017

Deux mondes

 
 
Cet hiver, j’ai acheté une nouvelle jument : 7 ans, de bonnes origines et à peine manipulée. Lorsque je suis allée la chercher, seule avec mon van, tout ne s’est pas franchement passé comme prévu, mais je pense que la jument n’est pas traumatisée et que par chance, personne ne s’est fait mal. 

Je suis une amateure. Je ne suis pas une professionnelle, je n’ai pas de diplôme et le travail des chevaux n’est pas ma première source de revenus. Pourtant depuis une dizaine d’années, je travaille des chevaux tous les jours. En moyenne un cheval par jour, pas 6 ou 7, et surtout souvent la même. Des moniteurs m’ont parfois demandé de donner des « cours d’étho » dans leurs clubs, de les aider pour travailler des chevaux compliqués à attraper ou à faire monter dans le van. J’ai eu la chance de travailler régulièrement des chevaux de particuliers et de beaucoup apprendre avec eux. Je ne suis pas une professionnelle, mais j’ai un peu d’expérience. 

Le lendemain, j’étais au téléphone avec une amie. Cavalière amateur d’un bien meilleur niveau que le mien, diplômée du monitorat, elle ne travaille plus au quotidien avec les chevaux. On ne s’est pas rencontrées en pantalon d’équitation, et l’on discute habituellement de boulot, de politique, de marketing, de psychologie... De tout, mais pas de cheval. Dans l’enthousiasme de ma nouvelle acquisition, j’ai fait la bêtise de lui raconter mes aventures. Alors elle était inquiète pour moi, très inquiète. J’étais totalement déraisonnable, j’avais eu de la chance jusqu’à maintenant, les chevaux sont si gentils et pardonnent tant, mais j’étais totalement inconsciente des dangers que je courrais. Il fallait, il aurait fallu, il faudrait que je m’entoure de professionnels. 

Touchée, vexée, déçue, j’ai écouté bouche bée, et je n’ai même pas cherché à argumenter : j’avais l’impression de me faire engueuler par ma mère, chose qui n’a pas du arriver depuis au moins vingt ans. 

Beaucoup de professionnels ont du mal à reconnaître des compétences aux amateurs. Beaucoup sont des cavaliers qui n’ont pas appris à travailler les chevaux à pied, et dans leur monde il n'est pas possible qu’un cavalier soit un médiocre pilote mais un bon éducateur. Il y aurait tant de représentations à déconstruire... 
 
Quelques heures de téléphone avec une bonne amie m’ont permis de voir dans cet échange l’inquiétude sincère plutôt que la condescendance de celui qui vit dans le monde des pros sur celui qui vit dans le monde des amateurs.